Le clown c’est qui?

Il est intemporel. Il est instinctif. Il ne triche pas, il se montre tel qu’il est. Il ne sait pas ce qui est bien ou mal. Il ne cherche pas à être drôle, il accepte que l’on rie de lui. il ne juge pas, il regarde. Il peut reproduire ce qu’il a vu, parce que ça l’intrigue, ça l’impressionne… parce qu’il est curieux.
Il n’a pas besoin de faire pour être, il est. Il existe uniquement par ce qu’il ressent. Il est en quête permanente d’émotion; ce n’est pas la raison qui le guide mais le ressenti.
Il peut être à la fois léger et sérieux. Parce que pour le clown tout est important … mais rien n’est grave.

Le clown c’est quoi

C’est cette faculté de retrouver des instincts que l’on a appris à taire. C’est accepter nos « petites failles » comme étant une partie de nous, et non plus comme des défauts. C’est savoir rire de nous. C’est oser nous montrer tels que nous sommes, sans plus craindre le regard des autres.
C’est ne plus porter de jugement ni sur soi, ni sur l’autre. C’est désapprendre ce qui est bien ou mal pour réapprendre ce qui nous fait du bien ou pas.

Le clown comment?

L’intervention se déroule sur cinq jours minimum. Le temps de travail commence toujours par des échauffements. Qu’ils soient physiques ou sous forme de jeu, sur la concentration, l’écoute… ils sont là pour disponibiliser l’individu.
Ensuite les participants sont mis en jeu, soit en groupe, soit individuellement, sur un thème précis ( corps, émotion, imaginaire…) Au début, le travail se fait surtout individuellement, puis viendra le temps de la rencontre avec l’autre.
Pour commencer, l’objectif est d’amener l’apprenti clown à ne plus chercher à faire mais juste à être. Ce n’est pas l’action qui importe mais le ressenti. Les stagiaires sont mis en situation de jeu. C’est lorsqu’ils ne dirigent plus, « intellectuellement » le jeu, lorsqu’ils perdent prise donc qu’ils ne contrôlent plus, qu’ils réagissent émotionnellement. C’est là que le clown se situe. Ensuite, il faut accepter que l’on puisse rire de nous alors que l’on ne cherche pas à être drôle.
Enfin, c’est oser se livrer , à travers ses émotions, totalement, sans jugement de valeur. L’apprenti accepte de montrer tout ce qu’il est, donc tout ce qu’il ressent avec une grande humilité. Il dit: » voilà je suis ça. ». Il ne triche plus, il est entier. Il n’est plus que ça, il est tout ça… c’est un clown.

Le clown pour qui ?

Pour tous. (A partir de neuf ans pour les enfants )
Ce travail peut permettre à l’individu, dans un rôle d’apprenti clown, donc un aspect ludique, de s’appréhender dans sa globalité. De fait ,il permet aussi de percevoir l’autre comme un être différent, curieux, étonnant, émouvant… bref, digne d’intérêt.
Enfin, ce travail est basé sur la sincérité et la justesse sur scène, mais aussi lors de la réaction des « spect-acteurs ». Il permet d’aiguiser l’esprit critique afin de former un public ouvert, averti et exigeant.